MEL

Open data – La Métropole européenne de Lille à la recherche des données de ses communes



Depuis le 7 novembre, quatre communes de la Métropole européenne de Lille (MEL) se sont jointes à l’initiative open data de cette dernière, en publiant de premiers jeux de données sur une plateforme mutualisée. Une avancée significative dans cette intercommunalité où les efforts d’ouverture des données restaient jusque-là cloisonnés. L’évolution observée dans la MEL confirme une tendance de fond dans l’open data territorial : l’émergence de projets qui impliquent des structures de différentes tailles, pour s’efforcer de répondre aux nouvelles contraintes réglementaires.

Pas moins de 90 communes composent la Métropole européenne de Lille, dont une bonne partie est concernée par la nouvelle obligation d’ouverture des données publiques par défaut portée par la loi pour une République numérique. Alors, un an après le lancement de son portail open data dédié, la Métropole européenne de Lille se réjouit d’annoncer le succès de ses premiers efforts pour réunir, sous son pavillon, l’ensemble des données des acteurs publics métropolitains. Les villes de Lille, Villeneuve-d’Ascq, mais aussi Ennetières-en-Weppes et Armentières, appuient l’initiative de la MEL en publiant leurs premiers jeux de données. On retrouve des informations désormais incontournables pour les communes se lançant dans l’open data : les noms des nouveau-nés, la localisation des écoles, parcs et jardins. Villeneuve-d’Ascq s’illustre en misant sur des données plus stratégiques : les subventions accordées aux associations et les comptes administratifs de la commune. Pour autant, la démarche reste encore embryonnaire. Seuls dix jeux de données communaux sont venus grossir le portail de la MEL. D’autres villes continuent de faire cavalier seul : Roubaix entretient sa propre interface open data, en recourant pourtant au même prestataire que la MEL. “Avec la loi pour une République numérique, chacun a éprouvé le désir de se mettre à la page et de montrer son volontarisme”, analyse Akim Oural, conseiller métropolitain délégué aux TIC, interrogé par Localtis. Un an plus tard, pour convaincre les autres communes de rejoindre son dispositif, la métropole leur propose d’héberger leurs données ouvertes gratuitement pendant six mois, et d’assurer des formations à la maîtrise de l’open data à destination des agents.

Click here to read the full article

The following two tabs change content below.

Clémence Monvoisin

Clémence is a fierce defender of public services, and a strong believer in their ability to innovate and deliver value. As firms, workers, citizens, friends, children, parents, we all are proud stakeholders. Let's be audacious and brave !

Leave a Reply